Sélectionner une page

Ce dimanche, l’actrice qui interpréte l’un des rôles phares de la série Capitaine Marleau de France 3 a décidé de se confier sur son lourd passé dans l’émission Sept à Huit. Elle y évoque les combats qu’elle a du mener lorsqu’elle vivait dans la rue, et notamment son expérience avec la drogue et la prostitution à Paris.

Un passé douloureux pour l’interprête de Capitaine Marleau

Les révélations de l’actrice Corinne Masiero ont surpris dimanche dernier les téléspectateurs de Sept A Huit ». Connue du grand public dans la série Capitaine Marleau, diffusée sur France 3, mais aussi à l’affiche du film es Invisibles, elle a en effet décidé de révéler son lourd passé dans la rue.

En effet, avant de monter les marches du Festival de Cannes, elle avait du accumuler les petits boulots pour joindre les deux bouts. Femme de ménage, garde d’enfants, mais aussi prostitution, tout était bon pour se procurer la drogue dont elle était dépendante. En particulier l’héroine, qui lui permettait de supporter plus facilement sa vie dans la rue. Mais qu’elle a surtout commencé à consommer pour ne pas se conformer au système, sans pour autant que ses parents ne se doute de rien.

Le passé dans la prostitution de Corinne Masiero

Sauvée par le théâtre

Elle a finalement eu un déclic qui lui a permi d’arrêter la drogue et de se sortir de la prostitution et de la rue. Ce déclic : c’est le théâtre qui le lui a procuré. Mais le combat a été de longue haleine, et les rechutes nombreuses avant qu’elle n’arrive réellement à dire non à a drogue.

Elle avoue aujourd’hui regretter d’être tombé dans la drogue, qu’elle percevait comme une forme de rébellion. Alors que la vraie rébellion « c’est se respecter et se faire respecter ». Aujourd’hui, son succès dans la série Capitaine Marleau est un beau pied de nez aux difficultés qu’elle a du surmonter.

Elle s’est vite pris au jeu et s’est beaucoup amusé à travers le théâtre, le cinéma et la télévision. C’est d’ailleurs son rôle dans les Invisibles qui lui a permis de décrocher de la came pour de bon. Et qui lui a fait quitter le plus vieux métier du monde pour finalement monter sur les planches.

Pour aller plus loin vous pouvez lire notre article sur les putes du bois de Boulogne