Les clients des putes à Lyon ne manquent pas. Et même après le passage de la nouvelle loi qui les pénalisent, les prostitués sont toujours aussi présentes sur les trottoirs de la ville, mais aussi en banlieue. Leur situation a elle a bien changé, et beaucoup se plaignent de la précarité et de l’invisibilité provoquée par le changement de législation.

Voici un petit tour de la situation des putes de Lyon. Et les changements qu’a connu le proxénétisme ces dernières années.

Qu’a changé la pénalisation des clients pour les putes de Lyon ?

Le pénal et le social sont entrés par effraction dans le milieu de la prostitution en 2016. Amende, stage de sensibilisation et parcours de sortie du proxénétisme, la nouvelle loi qui pénalise les clients des putes à Lyon, et dans toute la France, a tendance a précariser encore plus les « marcheuses ».

Quelles tapinent directement sur le trottoir, fassent leur passent dans le hall d’un escalier ou dans le confort sommaire de leur camionnette, les putes de Lyon sont loin d’avoir dit leur dernier mot. Cependant, beaucoup avouent être attristées de voir que les clients ont désormais peur de faire appel à leur service. Il est vrai que l’amende de 1 500 euros a de quoi dissuader même les plus excités. Les clients se font de plus en plus rare, et les putes de Lyon se plaignent régulièrement que les rondes de la police les fassent fuir.

Quel est le tarif des putes à Lyon ?

C’est d’ailleurs ce moyen détourné, et le fait de donner des PV aux véhicules des clients stationés à la hâte, qu’a choisi la municipalité pour mettre un terme à la prostitution. Mais cette stratégie est loin de fonctionner. Car plutôt que de partir, les putes préfèrent payer.

Le plus vieux métier du monde reste rentable

La réalité reste que même une fois les PV réglés, la prostitution reste une activité rentable. En travaillant uniquement de jour ou de nuit, et à raison d’une dizaine de passe par jour, les prostitués arrivent ainsi à nourrir leur famille, vivre « dignement ».

Alors le « parcours de sortie de la prostitution », qui prévoit une aide par mois de 330 euros est loin de les convaincre de tout arrêter. Encore moins pour les putes de Lyon qui sont en situation irrégulière, et qui de toute façon ne parlent pas suffisamment bien la langue ni n’ont les qualifications pour se réinsérer dans la société.

Idem pour les clients qui sont loin d’être sensibles aux stages de sensibilisation une fois sanctionnés par la loi. En réalité, elle n’est pratiquement pas appliqué sur le terrain car aucune infraction n’a encore été enregistrée à Lyon. La police n’a reçu aucun directive dans ce sens, et la lutte contre les clients des putes de Lyon semble d’être loin de leur priorité, comparé à celle contre les réseaux de proxénétisme.

Une loi décriée par les putes et leurs clients

Pour les putes de Lyon, cette loi prohibitioniste qui pénalise le client n’a eu en réalité que des conséquences désastreuses pour leurs conditions de travail. A commencer par les reléguer des trottoirs de la ville à ceux de la périphérie, ou elles sont moins visibles et moins protégée.

En réalité, elle semble surtout faites pour se débarrasser des prostitués dans les centres villes (qui sont sensés attirer les familles et les touristes, et donc les consommateurs).

Quant au volet social qui visent à réintégrer les prostitués, aucun des dossiers qui a été déposé n’a été accepté. Ils provenaient en grande majorité de putes d’origine nigériane et donc sans papier. L’initiative reste donc lettre morte, et ne fait que déplacer le problème.

Un simple constat, très facile à faire, se fait au niveau du nombre de prostitués à Lyon. Les chiffres n’ont pratiquement pas baissés, ou très peu. Les prostitués cessent donc de racoler dans les rues pour e faire sur Internet. Ou elles migrent vers les routes de campagne, parfois même vers la Suisse.

Moins de protection, même dans les rapports

Les conditions de travail sont plus précaire, et les rapports de moins en moins protégés. Cela est du clairement à la nécessité de baisser ses exigences envers le client, mais aussi envers les prostitués, pour élargir des possibilités réduites à peau de chagrin.

Selon les spécialistes du milieu de la prostitution à Lyon, de plus en plus de putes acceptent les rapports sans protection, afin de conserver leurs clients. Cela vaut en moyenne pour un tiers des putes de Lyon. Les prix baissent également avec les exigences. On passe à 40 euros le rapport sexuel, et 20 euros la fellation. Et les tarifs ne sont pas près de remonter avec la concurrence toujours plus rude d’Internet.

Pour les prostitués, c’est donc la double peine : des clients moins nombreux, et des prix toujours plus bas. Quant aux interventions de police, elles ne font que criminaliser leur activité et augmenter l’insécurité et le sentiment d’urgence.

La prostitution reste à Lyon, mais change de trottoir

A Lyon, on a donc la sensation que la prostitution est loin d’avoir diminué, mais qu’elle a simplement changé de trottoir. C’est particulièrement vrai pour les putes africaine, qui ont quitté les quartiers centraux (comme le deuxième arrondissement), qui ne semblent plus vouloir accepter le plus vieux métier du monde.

La Mairie fait ainsi tout son possible pour que les camionnettes partent, sans réellement se soucier d’où elles décideront de se relocaliser. En l’occurrence, le nouveau quartier d’accueil des putes de Lyon serait celui des Moulins, où l’on retrouve nos fameuses camionnettes. Car tant qu’il y aura des clients, il y aura toujours de la prostitution.

Le démentêlement actif des réseaux de prostitution à Lyon

Néanmoins, il est important de continuer de se poser la question des conditions dans lesquelles travaillent les putes de Lyon. Et notamment l’emprise que semblent toujours avoir les réseaux de proxénétisme. En 2018, les coups de filet de la police semblent s’être multipliés. Et les têtes continuent de tomber dans e département.

La chasse se fait aussi et surtout sur Internet, où l’on poste des annonces su des plateformes comme VivaStreet (initialement prévu pour chercher du travail ou des affaires de seconde main). La section de recherche de Lyon a mené l’enquête pendant plus d’un an, épluchant toutes ces annonces afin de remonter jusqu’aux grosses têtes.

C’est pourquoi il semble encore aujourd’hui plus approprié de se détourner du proxénétisme à Lyon pour préférer les coups d’un soir bien légaux. Les sites de dating proposant aux célibataires (ou non) à la recherche de plans culs sans lendemain se multiplient. Et ne posent donc pas la question des conditions de travail et de la sécurité des travailleuses du sexe.

N’hésitez donc pas à aller chercher du côté des sites coquins. Plus de sécurité, et surtout vous pourrez trouver des femmes qui veulent la même chose que vous : s’envoyer en l’air sans se poser de questions !

Whatsex est d’ailleurs une très bonne plateforme. Et l’inscription est gratuite ! Alors pourquoi ne pas en profiter maintenant et prendre son pied très vite ?

Promotion du moment : L'inscription sur Whatsex est 100% gratuite !
inscription-whatsex

Whatsex dispose actuellement d’une offre intéressante,  qui permet aux hommes de s’inscrire GRATUITEMENT !

Plus besoin de se poser de questions pour trouver un plan coquin RAPIDEMENT et près de chez soi !

Pour en profiter, il vous suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous.